Qu'y-a-t-il de commun entre Jean-Pierre Jeunet (cinéaste au fabuleux destin), Laurence Parisot (super patronne), Guy Noves (manageur sportif en Ovalie), Niels Arestrup (comédien), Catherine (pas Arlette) Chabaud (navigatrice), Bruno Saby (pilote automobile), Virginie Dedieu (sportive synchronisée) ...?

Ils viennent tous de toucher leur récompense : "la croix des braves" qui distingue leurs mérites imminents, heu...pardon ...éminents, au service de la Nation. En fait, il s'agit de la fameuse Légion d'Honneur dont ils viennent d'être nommés chevaliers par décret du 31 décembre 2005.

Revers de la médaille, diront certains : il leur faudra accepter de porter avec fierté l'exergue "Honneur et Patrie" figurant au dos de l'étoile.

Attention : il est de bon ton de ne pas confondre cette médaille avec celle de l'Ordre National du Mérite qui, elle, consacre des personnes aux mérites distingués. La nuance est d'importance.

Tous ces chevaliers sont placés hiérarchiquement sous les officiers qui sont sous les commandeurs eux-mêmes dépendants des grands officiers puis, stade ultime, des dignitaires de la "Grand'croix". Ce petit monde un brin ésotérique est placé sous l'autorité suprême du grand maître de l'ordre national de la Légion d'honneur, le président de la République en titre, Jacques Chirac.

Vous suivez ?
Non ? Ben tant pis

Outre les premiers cités et des inconnus à la pelle, nous trouvons également dans cette promo de chevaliers qui sont légion (ils étaient cependant plus de 300 000 en 1962), quelques anciens ministres de Jean-Pierre Raffarin qui avaient été remerciés dont Serge Lepeltier, Nicole Ameline, François d'Aubert, Catherine Lalumière.

No comment.

Tous cependant ne se laissent pas séduire par cette reconnaissance ultime de la Nation et nombreux furent ceux qui la refusèrent : parmi ceux-ci, le marquis de La Fayette, Gérard de Nerval, George Sand, Honoré Daumier, Emile Littré, Gustave Courbet, Guy de Maupassant, Maurice Ravel, Pierre et Marie Curie, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Albert Camus, Antoine Pinay, Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Jacques Prévert, Georges Brassens, Léo Ferré, Bernard Clavel, Marcel Aymé ...Du beau monde, n'est-ce pas ?

Quant aux tirailleurs sénégalais morts ou mutilés pour la France, il est probable qu'ils ne figureront jamais dans un tel registre, seuls les français pouvant être membres de l'ordre.

Dommage, non ?

Les sources consultées :
Le Journal Officiel de la République Française : http://www.legifrance.gouv.fr
http://www.defense.gouv.fr/sites/defense/base/dossiers/lordre_national_de_la_legion_dhonneur/
http://www.legiondhonneur.fr
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gion_d'honneur