Vous m'auriez demandé de vous rencontrer vendredi dernier, je vous aurai dit : "je ne peux pas, j'ai piscine !"
C'est en effet non pas à la porte Maillot mais à la piscine de Roubaix que j'ai passé l'après-midi en fort bonne compagnie.
Nous sommes dans le Nord et tradition solidaire oblige, gros bonnets, petits bonnets, tous les baigneurs sont acceptés sans prise de tête excessive, sans chichi de ch'ti. Une fois pris mon ticket, le passage par les vestiaires s'effectua sans encombres bien que je m'étonnai de ne pas voir de douches...



C'est avec ravissement et muni de mon petit maillot chiné dans le coin, que je découvris le bassin olympique de 50 m alimenté par les vomissements incessants d'un lion neptunien. Après lui avoir recommandé une médicamentation appropriée, je me suis confortablement installé sur les gradins.
Régulièrement des cris d'enfants s'ébrouant joyeusement dans l'eau parvenaient à mes oreilles. Apparemment ça laissait de marbre les spectateurs du coin ...
Etendu sur ma serviette, j'étais bien.
Le regard insistant que me jetaient les passants ne m'inquiétait pas outre mesure. Après tout, par ici, on ne rencontre pas tous les jours un "parisien à la ficelle"* me dis-je ...

Cherchant obstinément le plongeoir pour montrer ma capacité d'entrée en matière et impressionner les muses environnantes, j'effectuai quelques brasses vers le maître-nageur. Celui-ci m'expliquait avec de gros yeux et une notable véhémence que de plongeoir il n'y avait et que ma tenue vestimentaire n'était pas appropriée pour vagabonder ...dans un musée, qui plus est le Musée d'art et d'industrie de Roubaix.

musée de roubaix


gasp !
On m'aurait trompé ?

J'avais beau lui expliquer que bien d'autres ici étaient complètement nus à commencer par ces vestales blanches qui s'offraient au regard de tous mais il ne voulait rien entendre.

Il me tendit une couverture et m'expliqua avec quelques longueurs que cette "plus belle piscine du monde" (on a le superlatif facile dans le Nord mais le coin est vraiment magnifique) de style Art déco avait été construite dans les années 1930 quand Roubaix était encore la capitale du peignage et du délainage. N'étant plus aux normes, elle avait cessé d'accueillir les baigneurs en 1985. Restaurée de fond en comble par Jean-Paul Philippon, l'un des architectes du musée d'Orsay à Paris, la piscine nouvelle version avait été inaugurée à l'automne 2001.
Le maître-commentateur m'indiqua qu'on y trouvait des oeuvres variées du 19e et 20e siècle allant de la peinture, à l'échantillon textile en passant par la céramique, le mobilier, la photo et la sculpture.

"Actuellement, me précisa-t-il, la célébrité du coin, la petite châtelaine de Camille Claudel a été faire une virée en Amérique du Nord. Mais son copain Rodin l'a remplacé avantageusement (par la quantité s'entend)."

Je le remerciai pour toutes ces indications et lui promis de quitter au plus tôt ma tenue de bain quelque peu incongrue.
Il ne me restait donc plus qu'à me rhabiller, à réajuster mon horloge interne et à plonger avec délice dans cette histoire et ce patrimoine de toute beauté.



Pour plonger à votre tour : Musée d'art et d'industrie André Diligent

* Désigne communément l'occupant d'un string parisien