Ainsi Albanel sera-t-elle évaluée sur la part de marché des films français en France (sic) ou Kouchner sur le nombre de ministres français présents à chacun des conseils de ministres de Bruxelles et Luxembourg (re-sic)..
Pas mal de "marades" en vue pour déterminer l'influence de l'action du ministre sur l'indicateur en question.
Ou bien est-ce un alibi pour virer le mauvais élève ?

En ce qui concerne Hortefeux, pas de mouron à se faire. Evalué sur le nombre d'étrangers en situation irrégulière expulsés, il a déjà mis la pression sur les préfets il y a longtemps ...

Mais la démarche qui s'inspire des méthodes adoptées en entreprise ira-t-elle jusqu'au bout ? A savoir évaluer à 360° et donc apprécier également la performance du président ?
En ce cas, quel indicateur retenir ?
Le taux de satisfaction des français sur la politique suivie ? La capacité à restreindre ses émoluments ? La propension à retrouver une compagne ? l'aptitude à laisser travailler son premier ministre ... ?

Filou
mal noté

Source : Le Monde du 03 janvier 2008