Des études cliniques portant sur les liens entre prières et guérison ont été conduites récemment par la Harvard Medical School.
La première d'entre-elles, la STEP (Study of the Therapeutic Effects of Intercessory Prayer) a examiné des personnes ayant subi un pontage coronarien. Les patients étaient divisés en trois groupes : 604 personnes faisaient l'objet de prière d'intercession (prière provenant d'étrangers au groupe) sans le savoir, 597 n'en bénéficiaient pas, également sans le savoir, 601 en bénéficiaient et en étaient informés.
Selon les auteurs de cette étude, la prière d'intercession en elle-même ne permet pas un bénéfice thérapeutique, tandis que la certitude d'en bénéficier semble être associée à une augmentation de la fréquence des complications.

NDLR : Conclusion, si vous voulez prier pour quelqu'un, de grâce ne le prévenez pas ...

Ainsi devrait-on dissuader le très croyant et très pratiquant Bush de prier pour l'Irak malade et le sort de ses boys et de le clamer haut et fort.


Par contre la prière que se fait à elle-même une personne provoquerait des effets indirects liés à l'autosuggestion ou à des facteurs comportementaux associés.

NDLR bis : Les joueurs de foot qui prient et se signent en entrant sur le terrain peuvent donc toujours le faire si c'est pour s'autosuggérer qu'ils vont marquer un but ...

Source : SCIENCES DE LA VIE - Prière de guérir
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32976.htm

Extrait du Bulletin Electronique de la Mission pour la Science et la Technologie de l'Ambassade de France aux Etats-Unis numéro 29 du 6/04/2006 rédigé par l'Ambassade de France aux Etats-Unis.