"Non violent, discret, silencieux, utile et beau, tel est l'arbre"; les humains seraient bien avisés de s'inspirer de ses qualités pour construire le modèle de leur société".
C'est à peu près en ces termes que s'exprime Francis Hallé, un botaniste de renom, "radeauiste" des cîmes et aventurier de la canopée, qui a supervisé le documentaire réalisé par Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil sur l'Arbre (cet inconnu pour pasticher l'ouvrage d'Alexis Carrel).


Sa majesté Hypolite, roi des Andaines


Certes, le film n'est pas tout récent (2002) mais il est toujours aussi captivant et émouvant, me procurant, à chaque vision, une nouvelle montée de sève.

L'Amusoire vous recommande particulièrement ce DVD* chaudement enveloppé par la voix de Bouquet (aptonyme sur le coup).
Vous y verrez une interview passionnante et instructive de Francis Hallé (éloge de la plante) ainsi que la vision des réalisateurs sur les particularités du tournage. Quoi de plus difficile en effet que de filmer un être qui est aux antipodes de ce que représente le cinéma : un être stoïque, sans mouvements (apparents), silencieux, aux couleurs uniformes ...
Mais détrompez-vous, cet individu qui n'en est pas un, sans intelligence ni cerveau pourrait bien nous en conter. Il n'est qu'à voir la façon dont il se sert des animaux ou humains pour se reproduire, sa manière de communiquer en cas de danger par éthylène interposé, sa façon de gérer le temps et d'encaisser les tourments, de s'adapter, d'être autonome.... et que dire de sa marée en canopée ...


HelioFil sur son lit de blé


Mais d'abord, qu'est-ce qu'un arbre, comment le reconnaître ?

Une des définitions que ne renierait pas, je pense, Alphonse Allais et qui déplairait peut-être au Platane rodant par ici, est la suivante : "Si vous percutez une plante avec votre voiture et que la voiture casse, alors c'est un arbre" (FH). Plus poétiques et comparatives, ces "fulgurantes" constatations : "L'homme gère l'espace et l'arbre le temps", "le vieil arbre est toujours enfant dans le coeur", "l'oral est animal et l'écrit, végétal" (Francis Ponge), "la plante fait voir son temps" (Paul Valery).

Au delà de ces tentatives de définition, on peut retenir que l'arbre, tout en étant profond, est un être de surface. On n'en voit que le côté apparent mais que se passe-t-il sous terre ? Quid de sa culture underground qui ne doit pas être piquée des vers ?

Une comparaison avec l'homme laisse également songeur ... En dehors de la verticalité, ces deux-là ne partagent pas grand chose.

Qu'est-ce que représente en effet "sapiens-sapiens" avec ses 2 ou 3 m2 de peau comparé aux 130 hectares de surface moyenne d'échange de l'arbre (tronc, branches, feuilles, racines...) ? Quelle similitude entre l'humanoïde et son espérance de vie qui plafonne à 75 ans (dans les pays riches) et des arbres plusieurs fois millénaires comme Mathusalem, le pinus aristata de 5000 ans qui n'en finit pas de mourir en Californie. Arbre qui par essence ne connaît pas la sénescence ...

Et encore, je ne vous dis rien de la diversité de cette lignée : ceux qui marchent, ceux qui étranglent, ces fous tordus qui sont très faux, ces timides qui respectent la fente (!), ceux qui cachent la forêt car ils sont eux-même forêt ...

kapokiers
kaïcedrats et kapokiers burkinabè


L'arbre aux multiples génomes nous donne aussi l'occasion de repenser individualité et collectivité; Arbre sans partie vitale qui se reproduit quand on le coupe, forêt de racines issus du tronc commun, colonies immortelles ... autant de notions qui mettent raison et sens sans dessus dessous.

baobab
Le mi-tronc et les pains de singe


Urbains parisiens, vous qui pestez contre eux parce qu'ils vous piquent les places sur les trottoirs ou qui les écorchez de vos pare-chocs contondants, allez donc à leur rencontre et voyez la fête qu'on leur réserve à Paris en cette fin de semaine.

Sûr que vous retrouverez là une partie de vos racines et qu'ils vous inspireront le respect...

* Arbres, un film de Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil - Editions Montparnasse Multimedia 2002
Françis Hallé - Playdoyer pour l'arbre - Actes Sud - 2005