Le chroniqueur judiciaire de l'Amusoire, nous a fait parvenir le compte-rendu du proçès carnavalesque de ce truculent personnage :http://www.carnavalbiarnes.fr/francais/programme/esprit.php

Ici, pas d'erreur judiciaire possible : le bouc émissaire a été soumis au jugement populaire. Il est reconnu comme l'auteur de tous les maux et notamment celui de nous avoir empêché de faire ripaille avec nos volailles.

Mais avant d'en arriver là, le manant a réussi à semer la débauche dans les rues de Pau.

Voici quelques images qui décrivent par le détail la pagaille qu'a mis dans les entrailles de la ville, cette graine de gueusaille ...

Tout démarre la veille lors de la célébration de Sent Porquin, une divinité du Carnaval biarnes avec laquelle il est copain comme cochon



Le porte-drapeau se fraye un chemin sous le chapiteau
où sont réunis, pour un soir, les toqués du terroir et compagnons du Jurançon



Un grouin où il fait bon vivre



Voici le porcin Porquin monté sur son palanquin



Pour votre pénitence, maîtresse, vous me ferez deux chapelets d'ail !



Ou bien serez condamnés à ouïr ces fanfarons de l'hélicon !



Pendant ce temps-là, les chefs discutent le bout de gras




Puis vint le lendemain où Sent Pançard mit le bazar ...






Il a l'air bien gentil avec les tinenfants, ce gros lard de Pançard



Il arrive même à ce boudin de draguer les minettes du coin



Mais méfiez-vous de ses airs débonnaires !
Voyez la danse de Saint Guy de ceux qu'il a embrassé



Mais cette capoeira n'a pas l'air de troubler les géants qui restent de bois...







Fifres et sous fifres jouent les baladins



A voir sa tête, la bee fait pas le moine mais fait bien la bombe ...



This blow job must be new (remarque déplacée et censurée)



Un nouveau télé-thon ?





Let's the show biguine !



Les beaux ponchos de Pau



Encore une ânerie !


Donnez-lui donc cymbales



Le cortège commence à battre de l'aile



Contrôle de papiers inopiné de la marée chaussée sur les rosetas ?



A trop défiler on se retrouve un peu ballonné



Une camelote un peu pipo dans le chariot de cet autochtone ?



Même les plus bornés étaient conviés
au grand défouloir de Sent Pançard.

Merci à tous les déguisés de cette débauche de créativité et à tous les organisateurs pour ce furieux labeur.

Ceux qui auront été choqués par tant de déballage paillard devront s'estimer heureux d'avoir échappé au rut des ours, serada cauta e coquina ...

...et les plus vertueux auront une pensée pour Sent Pançard qui va rôtir demain soir.

Vous pourrez retrouver toute l'histoire du carnaval béarnais sur le site qui lui est dédié : http://www.carnavalbiarnes.fr/

Filou