"People par ci, people par là, on n'entend plus que ça !"

Petite précision : on ne parle ici que des "boat people" qui se prélassent sur leur yacht et qui sont nourris par une presse dont le public raffole. Pendant ce temps d'autres équipages, après avoir engraissé des passeurs, rament et coulent sur les mers du monde à la recherche d'une existence plus digne, mais bon, ceci est une autre histoire...

Bref, ils s'appellent Gala, Voici, Téléstars, Public, Closer, Paris-Match, VSD ... Ils parlent des vedettes, de leurs amours et désamours, de leurs bébés faits avec les uns et les autres, de leurs petites récompenses ...
Apparemment cela intéresse bien du monde puisque ces feuilles mondaines se portent très bien si l'on en juge par leur tirage (!). Ce qui n'est pas le cas de la presse plus sérieuse (mais quelque fois "pipo lisante") qui elle aussi sort les rames et entame des "liaisons dangereuses" (cf. actionnariat).

Tout ce petit monde "select" qui vit en vase clos montre ses dessous au petit peuple* qui s'en délecte.
Mais d'où vient cet intérêt pour ces insignifiantes choses; donnent-elles du sens à notre vie ?

Certains dénoncent parfois ce système tel le bien nommé Jean-Paul Champagne qui vient de sortir aux Editions de la Table Ronde, "La mafia des people - La vérité sur ceux qui vous fascinent" (ISBN 2710328364).

Mais à la réflexion, ce type d'ouvrage ne va-t-il pas renforcer ainsi la pipolisation ambiante ?

Mais où est passé l'honnête homme qui ne chercherait qu'à progresser dans sa connaissance du monde, bien loin de ces ragots de basse-cour ?

Bon, je vous laisse car je vais me replonger dans Alerte people, Le blog des gens qui ont vu des gens ...

Lou Filou
actuellement en peignoir :-)

A lire : Sous les people, le fric... : http://absolufeminin.nouvelobs.com/dossiers/dossiers2040_004.html

* People vient de l'ancien français "pople" qui a ensuite donné "peuple".