1) Les parlementaires se font la paire

Entre noël et jour de l'an c'est la trêve des confiseurs, dit-on. C'est aussi celle de nos députés et sénateurs qui ne réintègreront l'hémicycle que le 17 janvier. D'autres pauses suivront en février (mon député au ski), pour Pâques (mon député se tape la cloche) puis durant la semaine de l'Ascension (mon député prend de la hauteur), congès presque indexés sur le calendrier scolaire pour ces jeunes pensionnaires....
Des devoirs de vacances sont cependant prévus en juillet lors de sessions extraordinaires. Espérons qu'en dehors de ces nombreuses plages, les parlementaires ne feront pas l'assemblée buissonnière et qu'on les verra nombreux sur les bancs afin qu'ils légifèrent ...

Source : Reuters Paris - 23/12/2005

2) Le père Noël au régime

Afin de lutter contre la déforestation au Burundi, les autorités de ce pays ont interdit la vente et la coupe de conifères comme le précise Astère, un responsable du ministère de l'Environnement. Il ne reste donc plus aux habitants qui ne veulent pas se faire enguirlander qu'à se procurer des sapins en plastique ou des bananiers. Problème en ce cas : où accrocher les boules ?
En attendant de trouver une solution, ce sont les paysans qui les ont les boules, eux qui étaient habitués à vendre ces piquants conifères pour arrondir leurs fins de mois.

Source : AFP - BUJUMBURA 23/12/2005

3) La vérité si je mens !

Tout le monde le sait, les "quatre vérités de Noah à la France" retranscrites dans l'hebdomadaire Paris-Match* ont été raccourcies et réduites à trois. Les idées de voyage de Yannick en 2007 ont-elles paru superfétatoires au patron du canard ? Alain Génestar craignait-il que la star s'en aille en charter au lieu de prendre des lignes régulières ? Pas de réponse du tennisman qui s'est déjà cassé en vacances et n'a même pas laissé un entre-filet à ce sujet sur son site décalé.

Son voisin de magazine*, Alain Juppé dont le moral se réchauffe au Québec (Ah les chaleureuses épluchettes de blé d'Inde !) aimerait bien prendre le chemin inverse. Peut-être nous livrera-t-il lors de son grand retour, sa vérité exclusive sur les moissons de blé au RPR et le rôle du grand Culto défait... En attendant il pense à l'avenir et s'entretient avec le dauphin Villepin.

Sources : Canard Enchaîné du 21/12/2005
* Paris-Match du 15/12/2005


4) Carpe diem

Le jour de Noël, plus de 85 % des carpes de Pologne se font cueillir (dans le canal ?) et cuisinées sans autres formes de procès. Comme les onze autres plats présents sur les tables festives ce jour-là, cet apôtre de la longévité (certains spécimen peuvent atteindre la quarantaine) va se faire déguster avant les premiers baillements des réveillonneurs. Un conseil toutefois pour les organisateurs : le plan de table évitera de placer la carpe à côté du lapin car ces deux-là n'ont vraiment rien à se dire.
Dans ce pays catholique, tout le monde apprécie ces barbues à leur juste valeur, même lorsqu'on les retrouve incidemment sur la carpette. Sans doute se seront-elles échappées, dans un dernier saut, de la baignoire où on les conserve vivantes jusqu'au dernier moment.
Même les plombiers polonais, de retour sur leurs terres, savent honorer l'animal. Ils ont d'ailleurs de bons tuyaux pour la farcir. Seuls les défenseurs des animaux s'insurgent contre le sort réservé à ces cyprinidés. Ils ne devraient pas s'inquiéter car bientôt, comme par miracle, ces sacrés gros poissons devraient se multiplier ...

Source : AFP Varsovie 23/12/2005

5) Une d'Inde à l'amiante, une !

C'est le titre "contextuel" du dernier communiqué de Greenpeace-France concernant le départ imminent du porte-avion Clémenceau. Départ de Toulon et direction l'Inde, sans retour par la case départ, cette fois-ci. Il est en effet prévu que ce vieux tigre de papier se fasse désamianter et démanteler à Alang, sur la côte ouest du sous continent. Selon l'ONG il resterait au moins 115 tonnes d'amiante à bord et aucun plan de retrait n'aurait été prévu localement pour protéger les travailleurs fourmillant.
Sacré cadeau de Noël empoisonné, que ce porte-avion qui porte-à-rire tellement il semble, depuis des années, désorienté.
L'Etat, propriétaire du navire mènerait en bateau la presse indienne sur fond de communiqués rassurants.
Plan de com qui, n'en doutons pas va faire un four si, comme le souhaitent les associations, le vaisseau reste en rade.

Source : Communiqué de Greenpeace : http://www.greenpeace.org/france/news/pere-noel-inde



Bon, malgré tout, sachons garder le sourire. Joyeux Noël à tousse !