Moi j'ai une recette beaucoup plus efficace. Il suffit de deux bons crochets et d'un filet solide qui les rejoint.



En fait, c'est un phénomène de physique élémentaire : pour mieux recevoir l'inspiration qui, comme tout le monde le sait, tombe du ciel, il faut être en position d'horizontalité. Le corps offre en effet plus de surface aux bombardements cosmiques et les charges sont ainsi mieux réparties. Les verticaux affairés, eux, quand ils ont le temps, ne communiquent avec les esprits supérieurs que par la fontanelle. Cela leur endommage gravement le sommet du crâne qui se dégarni peu à peu.

Bref, il est préférable d'être couché et de préférence en plein air afin d'être au contact des vents, gros porteurs d'idées.

Un moment à privilégier ? Juste après le diner, quand la sieste arrive inexorablement comme une marée.
Dans ces conditions, vous le constaterez, il est vain de lutter...

Actuellement, je dois me balancer doucement sur les rives du Saint-Laurent, une pourvoirie pourvoyant au moindre de mes besoins.
Sûr que les grands espaces du Charlevoix ou du Saguenay vont me bercer longuement.

Maintenant, je vais vous laisser car il faut que je me reconcentre pour laisser venir l'onirique inspiration.
:-)