Comme dans les chansons de Prévert ou de Vline Buggy et Yves Dessca, il va dire non avec la tête et oui avec le coeur...ou vice-versa.
En tout cas, il ou elle disposeront de tous les éléments pour faire le bon choix et signer ou non le contrat. Ils auront reçu en effet ces dernières semaines pléthore d'informations sous toutes les formes : débat télévisuels, articles dans les journaux, émissions de radios, blogues dédiés....Même l'Amusoire y aura été de sa petite rubrique pilotée par le Cap'tain Glou au joyeux pronom. Les indécis qui nagent un petit peu pourront d'ailleurs se replonger avec délectation dans les arguments apportés par les uns et les autres .

Les sondages sur les intentions non plus n'auront pas manqué; à croire que toute la France aura été sondée (ouille !). Ce serait d'ailleurs intéressant de comptabiliser leur nombre et les sommes dépensées juste pour obtenir deux ou trois chiffres variant peu au sein de tendances lourdes ...

Alors oui ou non ?

Un peu binaire comme alternative, non ? Oui ou non, ça ne laisse pas beaucoup de place pour la nuance, la variation. Il y a bien le ni oui, Ninon mais cela serait-il raisonnable ?

"Mon bon monsieur, il y a du pour ou du contre, c'est comme dans tout et réciproquement. Je veux bien pour le meilleur mais pour le pire, faut que je réfléchisse ..."

Seulement voilà, comme disent les fortes têtes, il faut trancher. C'est ce qu'ont commencé à faire les miquelonais suivi des près par les collectivités d'outre-mer et les résidants français sur le continent américain. Etonnant de voir les votants les plus éloignés (au propre et au figuré) de l'UE se prononcer en premier. Aux dernières nouvelles* il paraitrait que le taux de participation est élevé.

Si cela se confirme sur le plan national et quel que soit le résultat final, on pourra s'en féliciter. On déplorait tellement l'absence de conscience politique de nos compatriotes que l'on se demandait si la démocratie n'était pas perdue à tout jamais. Cela montre que les gens peuvent s'emparer des problématiques qui les concernent à condition qu'on mette le débat sur la place publique et qu'on prenne en compte leurs considérations, non ?

Les homme politiques auraient intérêt à retenir la leçon pour les prochaines échéances. Non seulement en actant le fait comme ils en ont l'habitude (nous avons bien compris le message ...) mais aussi en intégrant cette donne dans leurs divers mandats. C'est impératif !

En attendant il s'agit de savoir si demain sera jour de mariage ou d'enterrement ...

Vous en serez témoin.

Pour respecter l'équité du billet, nous comptabilisons texto 5 oui et 9 non (pô fait exprès :), alors je rajoute : oui, oui, oui, oui ...sinon on me taxerait de partialité ...:-)

Filouvoie

*Source : http://fr.news.yahoo.com/050528/290/4fsvj.html