Je m'apprêtais à réaliser un "track-back" sur le billet des correcteurs mondains intitulé "baille-bâille" lorsqu'il me prit l'envie d'en savoir plus sur l'origine d'un mot qui est entré depuis longtemps dans la langue française : le familier "bye-bye"* souvent raccourci par "bye".

Bref, je consulte mon Oxford dictionary of english etymology (l'Amusoire a beau vilipender l'anglicisme rampant, elle n'en est pas moins curieuse des idiomes avoisinants) à l'entrée "bye-bye". Quelle ne fut pas ma surprise de constater que l'expression avait fort à voir avec Dieu.

En effet, cet "au revoir" a pris successivement les formes suivantes entre le 12e et le 16e siècle :
God be wy you, God buy'ye, God b'uy, Godbuy, contraction de la phrase "God be with you" avec substitution de God par good selon les constructions "good day" et "good night".

Après s'être engagé à sauver la Reine, Dieu ne pouvait décemment refuser d'être avec vous ...

http://blog.lemonde.fr/t/trackback/9903

* A ne pas confondre avec l'injonction "buy-buy" devenue le leitmotiv de notre société.