A ceux qui s'étonnent de ne rien comprendre au langage parfois abscons de l'Amusoire, je vais décortiquer, pour cette fois, l'origine de cette saillie protestante.

D'abord un peu d'histoire des mots : Pentecôte vient du latin ecclésiastique "pentecoste" lui-même issu du grec "pentêkostê" signifiant cinquantième jour après Pâques (pentêkonta : cinquante en grec). La fête chrétienne commémore la descente du Saint-Esprit sur les apôtres à cette période.

Le titre "Cinquantièmes rugissants" est donc une référence à l'étymologie de cette fête religieuse ainsi qu'un repère géographique précis : le cinquantième parallèle sud où le gros temps est très fréquent. Il s'agit en fait d'une petite translation car on parle plus volontiers de quarantièmes rugissants. Mais bon, l'Amusoire aime bien s'accorder de temps en temps quelques latitudes ...

Bref, à l'instar des impressionnantes tempêtes qui se lèvent dans la zone, le tout désigne une grosse colère dont la motivation prend sa source dans la présente saillie : "La route est droite mais la pentecôte est dure".

En fait, la parabole exacte (en langage Canard, on dit "raffarinade") tenue en son temps par le premier de nos ministres, notre Papatous, était "La route est droite mais la pente est dure". Elle indiquait par là que nous aurions sûrement des efforts à faire pour suivre le bon cap fixé.
La saillie du moment (je ne parle pas de jean-Pierre :-) n'est donc qu'une adaptation de celle-ci au mouvement de fronde ambiante qui se révèle à gauche et à droite.
A la tête de cette vague de protestations, nous trouvons une obédience pentecotiste* qui s'insurge sur le fait que le lendemain de cette fête initialement férié ait été choisi pour que les travailleurs ou travailleuses constituent une cagnotte au profit des personnes âgées et handicapées.

Voila donc résumés en quelques lignes, une fête religieuse, les racines de la cinquantaine, une tempête qui menace, la politique gouvernementale, une solidarité instituée qui se désagrège ...
Désolé d'avoir autant décortiqué cette profonde saillie. Elle en a peut-être perdu de son charme ...

A ceux qui s'inquièteraient de l'énoooooooooorme culture de l'Amusoire, je précise qu'elle n'est pas plus lettrée que vous. Elle a simplement plus de bouquins ...:-)) (en l'occurrence que le Grand Robert de la langue française qui la soutient dans ses labeurs).

A ceux également qui diraient que tout cela est bien tiré par les cheveux, je préviendrai qu'il lui en reste encore beaucoup ...:-)

Samson Filou

* Renseignement pris, il s'avère que le terme est déjà déposé...